Agir contre le viol

Pour mener la campagne "Viol : la honte doit changer de camp", plusieurs outils :
 
- en diffusant la campagne sur les réseaux sociaux et sur internet
 
L'objectif est qu'un maximum de personnes se rendent sur le site http://www.contreleviol.fr et signent la pétition. Vous pouvez rejoindre la Page Facebook et suivre le compte sur Twitter
 
 
- en faisant circuler les clips vidéos réalisés par Patric Jean et Frédérique Pollet pour soutenir la campagne.
 
> Clip n°1, au bureau > Clip n°2, dans l'immeuble > Clip n°3, à la maison
 
> Diffusez le film complet de la campagne (Durée : 1 mn 42)
 
 
- en diffusant des flyers et des affiches de la campagne autour de vous.
 
Vous pouvez imprimer les affiches en noir et blanc ou si vous souhaitez recevoir du matériel, envoyez un mail à contreleviol@gmail.com en indiquant le nombre de flyers et d'affiche ainsi qu'une adresse postale.
 
>> Télécharger l'affiche de la campagne

 
 
- en organisant une rencontre dans votre ville autour de la question du viol.
 
Organiser des soirées discussions est un élément clé pour atteindre cet objectif. Lors des soirées discussions, vous contribuerez à lever le tabou, à remettre en cause les idées reçues qui sont nombreuses sur le viol, et vous pourrez inciter les personnes présentes à passer à l’action : individuellement, parce que vous aurez libéré la parole ; collectivement parce que la campagne défend aussi des revendications précises sur le viol et qu’elle s’appuie pour cela sur une pétition à faire signer par le plus grand nombre. Vous pouvez organiser une projection-discussion ou une table ronde. Vous trouverez toutes les informations sur l'organisation d'un événement en téléchargeant le kit militant de la campagne.
 
 
- Agir face à un viol :
Pour être aidée, tout en gardant l'anonymat, vous pouvez appeler la permanence téléphonique : Viols Femmes Informations 0 800 05 95 95 du lundi au vendredi de 10 à 19 heures, appel gratuit pour toute la France, y compris les DOM/TOM. Si une femme vous confie avoir été violée, vous pouvez lui dire :
 
- Je crois ce que vous me dites vous êtes très courageuse de m'avoir parlé.
 
- L'agresseur n'avait pas le droit de vous contraindre.
 
- Le viol est un crime et son auteur est seul responsable de cet acte, vous n’y êtes pour rien.
 
- Vous avez raison de faire valoir vos droits, je vais vous aider à trouver de l'aide.
 
>> Si le viol est très récent, le plus urgent est d’appeler la police : 17.